Les 9 conseils sur : les petits poissons qui mangent les peaux mortes


Les « fish spas » cartonnent, mais les autorités sanitaires s’interrogent sur les conditions d’hygiène de ce nouveau genre de pédicure.

Les 9 conseils sur : les petits poissons qui mangent les peaux mortes
@dianaunlimitedfaunesetfemmesmagazines / Singapour : Le petit poisson qui mange les peaux mortes / By Diana ABDOU

{{CODE-katalia}}

Le concept : trempez vos pieds dans un aquarium rempli de poissons voraces mais dépourvus de dents. Ils devront se contenter de vos peaux mortes. Vos pieds en ressortiront aussi doux qu’une peau de bébé.

Abonnez-vous pour y accéder

Découvrez la suite de ce contenu dès aujourd’hui en vous abonnant.

L’opération est indolore, elle chatouille légèrement les premières minutes puis s’apparente à un léger massage. (Voir la vidéo d’un « fish spa » à Singapour)

Interdit dans plus de vingt Etats américains

Pratiqué à l’origine en Turquie, ce soin a explosé à Tokyo et s’est répandu dans le reste de l’Asie, où les normes d’hygiène sont généralement moins strictes que dans les pays occidentaux.

Lorsque les premières boutiques ont ouvert début 2009 aux Etats-Unis, elles ont d’abord été accueillies avec un franc succès, mais se sont vite retrouvées au cœur d’une polémique sanitaire. L’Etat de Washington et le Texas ont interdit la « fish pédicure » dès 2008 au nom du risque de transmission de germes, notamment de mycoses. Une vingtaine d’autres Etats les ont suivis.

A Paris, le premier spa de ce genre, Rufa Fish Spa, a ouvert en novembre 2009, provoquant un tsunami de réactions enjouées sur le Web. Le spa envisage désormais de développer des solutions de franchise, selon son gérant Rida Boughanmi.

Depuis, plusieurs autres salons de « fish pédicure » ont ouvert en France, comme Docteur Poisson Provence à Miramas. Mais beaucoup plus d’instituts de beauté semblent expérimenter ce soin sans en faire clairement la publicité.

« Avec ce niveau d’hygiène, les poissons meurent rapidement »

Il n’y a pas de régulation en France pour le moment. La Direction générale de la santé a saisi un groupe d’experts afin d’évaluer rapidement tous les risques et éventuellement l’interdire. Mais pour le moment, le ministère de la Santé s’est contenté d’en déconseiller l’usage et de demander à veiller à ce que l’eau soit changée entre chaque client, et les bassins individualisés.

Marc Simonnau, sur le point de créer une entreprise d’installations de « fish spas » en France, s’est intéressé de près aux risques :

« Il faudrait stériliser les poissons entre chaque client pour éviter tout risque sanitaire, alors qu’on voit souvent des bacs non-individuels. Avec ce niveau d’hygiène, les poissons meurent rapidement. »

Aux Etats-Unis, les législations de cosmétologie dans la plupart des Etats exigent en effet d’assainir ou de jeter les ustensiles entre chaque usage. Difficile de jeter ces précieux poissons qu’on importe généralement d’Asie, ou de les faire chauffer à 170°C pendant vingt minutes comme on le ferait pour un rasoir de pédicure.

La « fish pédicure » aiderait à traiter le psoriasis

Autre problème majeur : certains établissements, faute de Garra Rufa [le poisson turc traditionnellement utilisé], utilisent des Chin-chin Tilapia. Les propriétés exfoliantes de ces poissons sont similaires à celles de leurs cousins turcs… si ce n’est qu’ils possèdent des dents. Très vite, ils grossissent et alors, gare à vos orteils. Rejetés dans la nature, ces carnivores présentent un danger pour les autres espèces.

Certaines études estiment que ces carpes esthéticiennes pourraient aider à traiter le psoriasis, et les salons de beauté ne manquent pas de s’en vanter. Pourtant, le ministère de la Santé interdit officiellement la publicité à vocation thérapeutique sans autorisation expresse de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps).*

La fish pédicure aujourd’hui

Aujourd’hui, si vous souhaitez pratiquer la fish pédicure, vous devrez plonger vos petits pieds dodus dans un bac d’eau rempli de garra rufa pendant 15 à 30 minutes. Les petits poissons viendront se nourrir de vos peaux mortes, et vous ne craignez a priori rien, puisque leur bouche n’a pas de dent.

Les clients ressortent avec une peau très douce. Cette exfoliation a été présentée à ses débuts comme totalement naturelle et plus efficace que celle procurée par les crèmes ou par la main humaine.

Risques liés à la fish pedicure

Un rapport de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail pointe du doigt cette pratique qui n’est encadrée par aucune réglementation sanitaire spécifique en France.

Macération

Indépendamment de l’hygiène de ses occupants, le fait de laisser ses pieds macérer dans l’eau favorise le développement de champignons, de mycoses et de verrues. Comme laisser ses pieds macérer dans l’eau est en quelque sorte le principe de base de la fish pédicure, vous voyez le problème.

Risque d’infection

Aucun cas d’infection liée à la fish pédicure n’a encore été signalé. Toutefois, il existe un risque potentiel de transmission d’agents pathogènes d’origine humaine ou animale par le biais de l’eau ou des poissons :

  • En effet, les poissons décrochent de petits bouts de peau du pieds, ceux-ci peuvent être porteurs d’infections et se retrouvent à stagner dans l’eau.
  • Et comme l’eau n’est pas changée après le passage de chaque utilisateur, les infections peuvent être transmises à un autre individu d’autant plus facilement que les pieds sont souvent sujets aux microtraumatismes (chocs, ampoules, gerçures…).

Il faut toutefois souligner que ce risque est faible pour la plupart des individus. En revanche, il est beaucoup plus important pour les personnes diabétiques, immunodéprimés, ou présentant des lésions cutanées au niveau des pieds.

Précautions à prendre pour une fish pédicure

Les risques de la fish pédicure proviennent :

  • de l’eau présente dans le bac, qui ne contient pas de désinfectant et peut ainsi être contaminée par les utilisateurs successifs, ainsi que par les poissons ;
  • des poissons et des différents usagers qui hébergent et apportent une microflore naturelle susceptible de véhiculer des micro-organismes pathogènes.

Ainsi le problème principal vient du fait que l’eau ne soit pas contrôlée et que différents usagers utilisent un même bac successivement.

L’ANSES recommande donc :

  • une information objective du public sur les risques potentiels de la fish pédicure,
  • un contrôle obligatoire de la qualité de l’eau,
  • la surveillance sanitaire des poissons,
  • la formation des professionnels.

Quelles alternatives à la fish pédicure ?

Tant qu’aucune législation ne viendra réguler ce milieu, mieux vaut vous rabattre sur les nombreuses crèmes gommantes et exfoliantes du commerce, qui remplissent très bien leur rôle d’adoucissant pour la peau et leur fonction de nettoyage des peaux mortes.

Catégories Actualités, SantéÉtiquettes ,

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close